La ville sur la falaise

Il arrivait dans cette ville exposée au vent, en haut sur la falaise, comme un aboutissement. C’était la fin de son voyage et déjà il s’y sentait bien. Ce voyage avait été une aubaine après tout ce qu’il avait vécu à Paris. Il lui avait été proposé par son ancienne école pour y aller y enseigner pendant une année. Il se surprenait encore à trouver le destin si magnifique lorsqu’on laisse faire les choses, car cette proposition, il l’avait accepté tout de suite, sans même connaître le pays qui allait l’accueillir.

Sa première envie fut de descendre au port, une longue route sinueuse qui descend de la falaise, le vent y sonne comme une musique de la mer et de la roche. En bas, c’est la danse des mats et l’air y regonfle les corps. Aller au port prends longtemps, y revenir prend encore plus de temps. Mais oui, du temps, il en aurait au moins pendant toute une année.

Ce contenu a été publié dans Atelier au Long cours. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.