Psychomot’

Aaaargggh !!! Je me suis réveillé ce matin comme tous les matins…
mais
alors
plus
rien
n’était
pareil
ma femme qui
d’HABITUDE EST UN VRAI COCKER A L’AIR TRISTE
était plutôt caniche
Les tasses de café dans la salle de bain faisaient une belote et m’ont envoyé des cotons tige en laine quand j’ai voulu les prendre.

J’ai vu ma voisine qui allait s’envoler par son balcon quand j’ai passé ma tête par la fenêtre pour voir la météo.

Il pleuvait des grenouilles paresseusement attachées à des pinces à linge multicolores.

Mon pull avait décidé de mettre les voiles avec la jarretière
du cocker caniche.
« But ! And why not ? Where is the problem ?? »
m’a-t-il demandé avant qu’ils ne se détricotent devant moi
et ne partent filer le parfait coton
Unpetitlapinsautilledevantlabergèredusalonquibailleàquimieuxmieux
Le tabouret ne voulut pas de mon séant, prétextant que lui aussi avait des courbatures…
et le caniche accourut avec sa ceinture Dior achetée la veille entre les crocs, me faisant comprendre qu’elle voulait sortir !
Alors, vous comprenez, Docteur, pourquoi je vous disais : « depuis ce matin, tout est à l’envers, mais je me suis adapté ! »
Ce contenu a été publié dans Atelier au Long cours. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Psychomot’

  1. Mutty dit :

    Bravo le cocker qui se métamorphose en caniche….plus jamais je ne me regarderai de la même façon en pénétrant dans la salle de bains le matin et en regardant mon miroir ….Désormais avant de découvrir ma tête….une question, existentielle au plus haut point me taraudera l’esprit: »Ce matin suis-je cocker ou caniche? »

  2. Yoyo dit :

    ça me fait penser à la « Fuite de fantaisie » des Marcel! Suis incapable de penser incohérent.. Belle perf’! 😉

    • Laetitia C dit :

      Merci pour la référence, ça fait plaisir! Moi non plus je n’en suis pas vraiment capable mais là, il faut reconnaître que les consignes m’y ont bien aidé: il s’agissait de voir si la forme (la façon d’écrire: de haut en bas, en gros, rapidement, à l’envers…) avait une influence sur le fond… Pour moi, c’est clair que ça m’a tourneboulée: j’avais une succession d’images façon Alice au Pays des merveilles… mais rien de cohérent dans l’ensemble! La seule chose que je pouvais faire, si je suivais les consignes qui arrivaient tout au long de l’écriture, c’était de décrire les images qui défilaient!! Cependant, on est loin d’un Lynch (je ne pense évidemment même pas à comparer le talent, mais bien l’univers et la déstructuration complète du fil de la pensée!!!!)Je trouve cela très fort de pouvoir se laisser aller à l’envers de toute structure établie!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.