Chemin vers le miroir

« Oui mais la semaine prochaine c’est dans deux mois ! »
Evidemment, je le sais bien. Mais que lui répondre ? Moi qui prenais – enfin – l’escalator de la vie, voilà que l’on voudrait me retenir ?! Une main attrappe mon épaule, par derrière, et me déséquilibre presque. Pris entre mon désir d’ici et ma réalité d’ailleurs, mes yeux se tendent, et mes larmes ondulent le chemin que je croyais avoir trouvé. Mes pieds trainent sur le chemin que je viens de quitter. Si loin et si proche, si distant et si pressant.
Je est un autre, mais lui est mon miroir. Je l’aime de sa bouche, au moment-même où je me détache des nuisibles.
L’étoile de la nuit devient mon seul oxygène quand mes yeux se referment asphyxiés. Comme j’ai peur de les rouvrir et qu’il ne soit plus là ! Alors je reste éveillé, à compter les arbres sur le bord de la route, où je ne veux pas rester.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.