Dame Pipi dans la Pampa

Quelque part en pleine Pampa, Mariana était Dame pipi depuis 25 ans au casino municipal. Elle était arrivée là suite à une petite annonce dans la feuille de chou de son village. Rétrospectivement, elle aurait dû se douter de l’embrouille : « Vous aimez aller à la rencontre des autres et leur rendre service, les accueillir dans un endroit propre et calme au cœur d’une ville en pleine expansion, ce métier est fait pour vous ».

C’était ainsi qu’elle s’était retrouvée une blouse blanche sur le dos à nettoyer les toilettes du casino municipal et à guetter le son des pièces tombant dans la coupelle laissée à l’entrée.

En guise de casino, elle s’était bien fait bernée aussi. Il s’agissait plutôt du seul tripot accessible à 50 km à la ronde au beau milieu de la Pampa, et hormis les dimanches de foire, les usagers se faisaient rares. Bref, le pécule accumulé au cours des ans était resté bien maigre et couvrait à peine ses dépenses indispensables. Elle avait pourtant pu économiser petit à petit quelques pesos pour s’acheter l’adorable chapeau vert orné d’une fleur rouge, qu’elle admirait tous les matins dans l’unique boutique à tout vendre du village en allant travailler.

Ce dimanche, elle l’arborait fièrement à l’entrée des toilettes. Elle avait osé ajouter une touche de coquetterie en portant ses souliers rouges qui allaient si bien avec la fleur du chapeau. Comme tous les dimanches, les pièces tombaient plus généreusement dans la coupelle et elle en était ravie. Elle connaissait la plupart des gens, les appelant par leurs prénoms et demandant des nouvelles de leurs familles ou de la sienne quand des anciens de son village venaient satisfaire leur envie. Aussi fût-elle étonnée quand un homme proche de la cinquantaine et qu’elle n’avait jamais vu, entra dans son territoire. Petit et costaud, il tenait une fleur rouge à la main. Il avait un air un peu primitif qui plaisait bien à Mariana. Il lui demanda s’il pouvait lui confier sa fleur le temps de …

Elle lui répondit en souriant : « elle tiendra compagnie à celle de mon chapeau ! » Il sourit aussi révélant une dentition parfaite ! Mariana sentit son cœur s’accélérer. Il était irrésistible ! Drôle d’endroit pour une rencontre pensa-t-elle, alors qu’il disparaissait vers les pissotières.

« Heureusement que je viens d’aérer la pièce ! »

Avec ses mains, elle lissa rapidement sa blouse le long de ses hanches, réajusta son col et lustra ses chaussures en les frottant sur ses mollets. Puis, elle attendit patiemment qu’il ressorte pour lui lancer son plus beau sourire.

Finalement après 25 ans, elle pensa pour la première fois qu’elle était au bon endroit, au bon moment !

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.