Interview

– Chère Immortelle, je suis si honnorée que vous m’accordiez ce temps si précieux qui est le vôtre, et qui vous permet d’être si prolifique, si pertinente, si révolutionnaire je dirais même, tout en conservant l’esthétisme des grands auteurs, mais en interrogeant parallèlement la doxa de la structure et la construction du récit. Merci encore ! Très sincèrement et amicalement. Et permettez-moi donc de vous poser ma première question sur la symbolique du coq comme objet de transfert dans ce couple homosexuel, qui lui-même est le porte-étendard de votre oeuvre – enfin le croit-on au début – alors que l’on perçoit par la suite le subtil retournement du référentiel, puisque l’oeuvre elle-même devient le héraut de ce trio allégorique…
– Attendez, je me gratte les fesses.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.