Sieste ! Mon mari !

– Sieste ! Mon mari ! Il dort de si bonne heure. Je ne m’attendais pas à être assoupie si tôt.
– Ballon ma chère amie, vous me faîtes marcher. Vous savez bien que je ne dors point, mes yeux ronds comme des ballons sont ouverts et vous scrutent.
– Me scrutent ? Je ne le sais que trop ! Vous entendez tout, vous voyez tout. Même la poussière cachée sous le tapis, il vous faut le démasquer. Même le moindre carré de chocolat manquant à la tablette abdominale, il vous le retrouver.
– Mais c’est intolérable ! Quel procèsvous le faîtes là ! Moi qui suis si doux, si attentionné, qui vous amenais de mon dernier voyage bijoux, parfums et foulards !…
– Balivernes ! Tout ça uniquement pour que vos projets les plus noirs se concrétisent. Avouez-le !
– Ah mais cessez ! Il suffit ! Tout le temps à me soumettre à la question. De l’air !!!
– Mais certes non ! Je vois clair dans votre eau pourtant troublée, mon ami, et sachez désormais que je sais, et que je ferai !

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.