Ingrid Yogi

J’inspire, j’expire

J’inspire, j’expire
J’ai repris le yoga pour ça
Respirer
J’inspire, j’expire
J’inspire, j’expire
J’ai pensé que cela me donnerait de l’inspiration
Ca m’a vraiment apporté l’expiration
Pas celle des gâteux, hein,
(Je n’ai pas encore atteint la date d’expiration)
Celle de la réflexion
Elle est partout, tout le temps
Les idées tournent dans ma tête
Au yoga, on appelle cela les pensées secondaires
Elles vous polluent la séance
Pendant qu’on inspire et qu’on expire
On est sensé les regarder passer
Puis les abandonner…
Chez moi, elles s’accrochent
Elles me squattent le ciboulot
Et tout pendant que j’inspire, que j’expire
Elles rigolent bien
« P’tète bien qu’on est secondaires, hein ?
Mais en attendant, qu’est-ce qu’on t’enquiquine ! »
Trop fortes les pensées secondaires…
Je sens la frispation qui revient
Les rides du front
« On détend bien le visage, dit la prof
« L’espace entre les sourcils »
Et là, je fais des efforts
Surhumains
Pour dérider les émotions
J’essaie de libérer le botox de l’intérieux.
Sans succès.

 

 

J’inspire, j’expire

J’inspire, j’expire

J’ai repris le yoga pour ça

Respirer

J’inspire, j’expire

J’inspire, j’expire

J’ai pensé que cela me donnerait de l’inspiration

Ca m’a vraiment apporté l’expiration

Pas celle des gâteux, hein,

(Je n’ai pas encore atteint la date d’expiration)

Celle de la réflexion

Elle est partout, tout le temps

Les idées tournent dans ma tête

Au yoga, on appelle cela les pensées secondaires

Elles vous polluent la séance

Pendant qu’on inspire et qu’on expire

On est sensé les regarder passer

Puis les abandonner…

Chez moi, elles s’accrochent

Elles me squattent le ciboulot

Et tout pendant que j’inspire, que j’expire

Elles rigolent bien

« P’tète bien qu’on est secondaires, hein ?

Mais en attendant, qu’est-ce qu’on t’enquiquine ! »

Trop fortes les pensées secondaires…

Je sens la frispation qui revient

Les rides du front

« On détend bien le visage, dit la prof

« L’espace entre les sourcils »

Et là, je fais des efforts

Surhumains

Pour dérider les émotions

J’essaie de libérer le botox de l’intérieux

Sans succès.J’inspire, j’expire

J’inspire, j’expire

J’ai repris le yoga pour ça

Respirer

J’inspire, j’expire

J’inspire, j’expire

J’ai pensé que cela me donnerait de l’inspiration

Ca m’a vraiment apporté l’expiration

Pas celle des gâteux, hein,

(Je n’ai pas encore atteint la date d’expiration)

Celle de la réflexion

Elle est partout, tout le temps

Les idées tournent dans ma tête

Au yoga, on appelle cela les pensées secondaires

Elles vous polluent la séance

Pendant qu’on inspire et qu’on expire

On est sensé les regarder passer

Puis les abandonner…

Chez moi, elles s’accrochent

Elles me squattent le ciboulot

Et tout pendant que j’inspire, que j’expire

Elles rigolent bien

« P’tète bien qu’on est secondaires, hein ?

Mais en attendant, qu’est-ce qu’on t’enquiquine ! »

Trop fortes les pensées secondaires…

Je sens la frispation qui revient

Les rides du front

« On détend bien le visage, dit la prof

« L’espace entre les sourcils »

Et là, je fais des efforts

Surhumains

Pour dérider les émotions

J’essaie de libérer le botox de l’intérieux

Sans succès.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.