Victor

– Hey petit con ! Recommence à venir dans mon enclos et je t’égorge.
– C’est pas moi madame Germaine. C’est mon chien Victor. Il s’est perdu.
– C’est ça, prends-moi pour une cruche en plus. Déguerpis ou j’appelle René. Et René il a un fusil. Fais gaffe !
– M’en fiche, il est trop gros René. Ahahah
– Oh nom de Dieu. Attends sale manouche, je descends.
– Ohohoh allez viens Victor, on se casse !

Regardez-moi ce benêt. Il a bon cœur, mais il est bête. Il voit sa mère pleurer et son père picoler, et il croit que c’est parce qu’ils sont pauvres. Mais non bonhomme, être malheureux pour eux c’est comme une seconde peau. Y’en a qui sont nés comme ça. Toi t’es brun avec une ossature lourde. Eh béh ton père il a le vice, c’est pareil il est né avec. Et ta pauvre mère est attirée par le malheur. Un aimant à emmerdes cette pauvre femme…
Alors du coup il essaie de voler des moutons. Il est gentil, il est dans la réparation. C’est comme ça qu’ils disent les docteurs en ville. Un peu comme Jésus. Sauf que le barbu chourait du pain et des coupoles en or au marché. Toi, petit, tu t’attaques à plus gros que toi. Et ça se débat un mouton. Menfin bon : au moins je ne m’ennuie pas avec toi. Je ne te demande pas beaucoup plus.

– Allez Victor, cours putaing, cours. Y ale gros rené qui a l’air sérieux. Il va nous canarder !

Quoi ? Il va vraiment nous tirer dessus ? J’espère qu’il touchera le môme. Un de plus, un de moins….un inadapté en moins à la limite ! Alors que moi… Un bâtard racé, au pelage d’or. Même ces illettrés n’ont pas pu faire autrement que de m’appeler Victor : je suis plus noble qu’eux. Vous me trouvez cruel, n’est-ce pas ? Vous vous dîtes « Comment un chien peut-il souhaiter la mort d’un enfant ? Saleté d’animal ! ». Mais il faut arrêter de sacraliser les enfants. Vous pensez que leur bêtise est la marque de leur innocence. Faux ! Archi faux ! Des coups de trique. Vous nous en donnez bien sur le museau. Et cessez de penser que l’Homme est le centre du monde. On était dans le jardin d’Éden avant vous je vous ferais dire ! Et c’est vous qui avez foutu le bordel… C’est nous qui devrions être vos maîtres rien que pour ça. Bande d’anarchistes…

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.