Choisir ou pas

Le globe-terrestre scintillait devant lui. Il avait gardé ce cadeau dont son parrain l’avait honoré, le jour de sa communion.
Joseph, le père de Paul, n’avait pas compris le sens de ce présent. Chez les Villeroy de la Chaise, la tradition imposait que l’on fît don de montres aux communiants.

Vincent nourrissait d’autres ambitions pour son filleul. Il désirait plus que tout qu’il parcourût le monde, qu’il découvrît les Hommes avec ses yeux, avec son corps, et pas seulement en s’enivrant du missel et des messes.

Paul voulait connaitre Paris, ses musées, mais aussi expérimenter des moyens de transport insolites.
Dans un manuel, un nom l’avait intrigué : le musée du Jeu de Paume. Quels trésors cachait-il ? Allait-il y aller en avion ou à pied ? Il avait du mal à choisir.
Indécis, il prit le train. Il espérait secrètement que la rouquine avec des couettes allait lui laisser toute la place dans l’avion devant lui. Encore un tour de manège, et il serait fixé.

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.