L’aveuglement (réécriture)

Je fis tout pour travailler en équipe dans l’intérêt collectif.Il était toujours d’accord , me souriait, me complimentait. C’était une homme pressé et pourtant empressé ,disposant de peu de temps et sachant déléguer . Il m’arrivait d’emporter chez moi des documents et de terminer le travail tard dans la nuit.Mais c’était normal , pensais-je, de faire ces efforts . Notre projet aboutira dans le long terme. Parfois, il m’invitait à déjeuner à la brasserie .Il jetait toujours furtivement un regard sur le grand miroir placé au fond de la salle. Oui, sa tenue était impeccable ! Il m’étourdissait de mots professionnels ,avec une assurance convaincante. Encore un peu de persévérance,la lumière était au bout du chemin.Parfois à la tombée de la nuit quand la fatigue commençait à se faire sentir, des doutes m’assaillaient : qui est cet homme ? Pourquoi est-il toujours tant occupé, tant sollicité, surtout par les femmes ? Mais mes doutes disparaissaient quand je retournai au bureau.Je me laissai à nouveau séduire par son charme ,ses mots, son assurance de père protecteur. En réunion de travail, il faisait le compte- rendu de notre projet que j’avais écrit. Il était heureux, épanoui sous les feux de la rampe .

Le temps passa.Le projet piétinait.La direction demanda des comptes Il était de moins en moins disponible pour échanger avec moi et assister aux réunions où je tentais de justifier notre retard .

Lors d’un plan de licenciement nous faisions partie de la liste.Il m’avait fallu cet événement pour sortir de mon aveuglement.

Illustration : parabole des aveugles de Brueghel.

 

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.