Le retour

La nuit noire enveloppait la maison. Une ombre furtive se découpait sur les murs.

Aude ouvrit très doucement la porte, priant que le chat ne la surprît point. Avec ses 6 kg, Boniface savait décourager les intrus de ses feulements précurseurs de redoutables coups de griffes.

Un coup d’oeil à droite, à gauche. Les pupilles dorées du matou étaient absentes de l’entrée.

Aude eut à peine le temps de soupirer qu’elle sentit une pointe métallique piquer dans le dos.

– Eh toi ! Où tu vas ? cria une voix familière.

– Faut que je le dise tout de suite ? marmonna-t-elle.

Un éclat de rire tonitruant inonda la pièce. Killian ne l’avait pas habituée à de telles manifestations. Son ton soudain grinçant la figea :

– Gare à ne pas le regretter…

Paniquée, elle garda le silence. Il renchérit, appuyant plus fort la pointe dans le dos.

– Honte à toi si tu ne sais pas répondre !

Boniface arriva, s’étira, bâilla. C’est quoi ce bazar ? semblait-il se dire.

Ils le regardaient tous et attendaient.

Killian quitta la pièce sans se retourner. Il se jura que jamais il ne reviendrait à cet endroit.

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.