Se souvenir

Le Havre, un jeudi. Marie regardait la mer qui venait s’écraser sur le sable. Elle ne savait pas très bien pourquoi elle était revenue dans cette ville. Peut-être le besoin de revivre ces instants de bonheur. Par la fenêtre, le vent apportait l’odeur salé de la mer. Odeur qu’elle associait toujours à Nicolas. Une larme roula doucement sur sa joue. Elle l’essuya et sourit. Comme à chaque fois qu’elle pensait à lui. Peine et bonheur. Elle l’avait perdu et ce sentiment ne pouvait pas disparaitre. Elle l’avait connu et ce sentiment restait aussi. Elle ouvrit sa valise et sortit une de ses cravates. Elle avait l’habitude d’en avoir toujours une sur elle. Elles étaient la fierté de Nicolas. Il avait toujours des étincelles dans le regard lorsqu’il en recevait une nouvelle. Marie la reposa sur le lit et décida d’aller marcher sur la plage. Elle voulait sortir. Sortir de cette pièce. DE sa torpeur. pour vivre à nouveau. En descendant l’escalier, elle entendit la bouilloire du propriétaire siffler. Elle ouvrit la porte sur la rue et marcha d’un pas lent vers la plage. Une fois sur la plage, elle enleva ses chaussures. Le sable sous ses pieds lui rappela pourquoi elle avait choisi de revenir. Pour sentir à nouveau ce bien-être que seule la mer pouvait lui faire ressentir. La mer et Nicolas. Mais aujourd’hui, il ne lui restait plus que la mer. Au large une goelette passa. Et Marie se souvint de tous ces moments passés sur un bateau avec Nicolas. A rire, à se baigner, à prendre le soleil. Elle marchait maintenant vers  l’eau, avec l’envie de sentir l’eau glacée sur ses pieds et ses jambes. Elle entendit le miaulement d’un chat puis sentit quelque chose sur sa jambe. Ce petit chat roux la regardait d’un air qui lui donna envie de le prendre dans ses bras.

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.