Les deux faces d’une même pièce

Une interrogation. Tara se disait que sa vie ne ressemblait qu’à cela. Une grande et belle interrogation. Comme si cet immense point l’écrasait. Toujours dans un coin de sa tête. Elle n’avait pas besoin des autres pour les questions. Les seuls tréfonds de son âme suffisaient. Derrière chaque geste et chaque mot qu’elle donnait, il y avait toujours la question de savoir si elle offensait ou non les gens. Derrière chaque geste et chaque mot qu’elle recevait, il y avait la doute de la sincérité. Derrière chaque geste et chaque mot qu’elle ne donnait pas, il y avait la question de l’occasion manquée. Alors, elle évitait à tout prix les moments où elle pouvait avoir le temps de répondre à ses questions. Elle les laissait errer dans sa tête sans chercher à initier une réponse.

 

Anna s’adossa à un des piliers du porche. Elle ferma les yeux et laissa le vent emporter la moindre des ses pensées. L’air était frais et apportait avec lui l’odeur de l’herbe mouillé. La pluie n’avait cessé de tomber pendant l’après-midi. Anna profitait des quelques rayons de soleil qui se profilaient après cette journée pluvieuse. Elle appréciait de pouvoir enfin sortir. Elle quitta le porche et déambula dans l’herbe mouillée. Elle adorait la sensation sous ses orteils, ainsi que cette fraicheur qui envahissait son corps. Au milieu de ce havre, il n’y avait plus rien. Rien à part Anna et ses pensées. Néanmoins, pour une fois, elle ne s’arrêtait pas pour les contempler. Elle les offrait au monde autour d’elle. Elle lui offrait sa joie, son sourire, son amour. Toutes autres pensées n’existaient pas dans le temps présent. Elle respirait juste l’instant suspendu. Cet instant où plus rien n’existe que soi-même. Tous les bruits ont disparu. Tous les gens ont disparu.

Ce contenu a été publié dans Atelier Découverte. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.