D’amour

Un visage d’éternel adolescent surmonté de lunettes rondes, Duduche a traversé les âges, comme la Deudeuche les paysages.

Depuis le jour de sa naissance, son créateur en a fait un avatar qui s’est mêlé à l’histoire. Forrest Gump de la République. Toutes les situations sont devenues des tranches d’une vie devenue éternelle. Il a même animé la dernière page de la gazette municipale.

Un visage d’éternel malicieux qui anéantit la moindre once de méchanceté. Même la matrone a fondu devant l’insolent.

– J’vous jure, M’dame, c’est de l’amour !

– Voui, voui, voui… Justement, vous me le copierez 100 fois : « Je ne tourne pas le dos à mon enseignante, virgule, quand bien même il est possible d’admettre, virgule, que l’amour implique de regarder dans une même direction. Point. Ce principe, virgule, fera l’objet d’une leçon future. Point ». Et je vous fais grâce de la convocation chez M. Janvier, le proviseur.

– Tout ça ?

– Allons, mon petit ! Soyez beau joueur. Je vous ai connu plus jovial.

– Je cache ma joie, M’dame.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.