Hélicoptères

Aujourd’hui, ils vont tourner longuement dans le ciel. C’est un jour exceptionnel. Le ronronnement des hélicoptères est présent. Ils vont survoler Paris, briser le silence de la marche. Voir une foule compacte, soudée, rassemblée dans la douleur et le chagrin. Mais la fierté aussi. Et les questions, qui arrivent, se posent dans toutes les têtes. Pourquoi, comment en sommes nous arrivés là, maintenant, en 2015, au début de cette nouvelle année où l’on se souhaite du bonheur, une bonne santé et des belles choses. La patience d’arriver à bouleverser le cours des choses, de la vie, d’atteindre une nouvelle sérénité après toute cette violence, ces disparitions, cette folie. Comment en sortirons nous ? Peut-être avec une bonne dose d’humour, de distance, d’envie de vivre, envie de sauver cette liberté que l’on veut nous prendre par la force et le sang. Mais aujourd’hui le deuil est là, pour les victimes et leurs proches, pour tous ceux qui ont le sentiment d’y laisser quelque chose, que rien ne sera plus comme avant. Mais qu’au moins tout cela serve à construire des choses bien plus belles à l’avenir, une espèce de poterie qui aurait la forme de la douceur et de l’amour.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.