Je n’oublierais jamais…

Je n’oublierais jamais cette soirée de décembre dans les beaux quartiers de Paris. L’air était vif, le froid installé. Il neigeait depuis trois jours et le sol n’était plus que gadoue par endroits. C’est toujours la même chose à Paris, et en ville en général, lorsqu’il neige c’est très beau et blanc pendant les premières heures et ensuite, la neige se transforme en une boue noire. Je marchais d’un pas énergique pour me rendre chez mes amis Romain et Pauline. Je ne les avais pas vus depuis longtemps. Ils revenaient de voyage et organisaient une petite soirée entre amis pour raconter leur périple. J’avais décidé de me rendre chez eux à pied pour profiter de Paris illuminé à l’approche des fêtes. J’aime ce froid sec et marcher dans Paris. Je découvre toujours de nouvelles choses, de nouveaux endroits même en suivant les mêmes rues. J’avais un bouquet de fleurs à la main pour mon amie. Tout à coup, au détour d’une ruelle, un léger bruit parvient à mes oreilles. Comme un bruissement dans les feuilles mortes, derrière un arbre. Je continue sans y faire plus de cas, mais une deuxième fois, un nouveau son m’interpelle. Différent. Un peu comme un miaulement. Je m’approche et tout d’abord ne vois rien. Mais le bruit reprend, plus fort, plus insistant, plus appuyé, plaintif mais assuré. Personne ne passe dans cette rue. Alors, je m’approche encore, et là, derrière l’arbre, je vois un enfant tout petit, un bébé, dans un genre de couffin en tissu, avec, à ses côtés, un biberon de lait. Lorsqu’il sent ma présence, il se met à pleurer très fort, puis à hurler comme peuvent le faire les bébés. Il est maintenant tout rouge, noyé de larmes.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.