Le choix du film

Paul a envoyé un message. Il propose un ciné à la bande que nous sommes. On en discute dans notre QG, le café en bas de chez moi.

 
J’interroge :
– On va voir quoi ?

 
– Le Choix de la folie.

 
Martine répond :
– C’est quoi ce titre pourri ?

 
Jean-Eudes assène :
– Tais-toi ! C’est un hymne à la liberté d’être, ai-je lu dans le Monde.

 

Martine s’énerve :
– Oh, toi, l’intello, tu la boucles ! T’as toujours des plans foireux pour des films déprimants. Attends… je vais voir les critiques sur Google.

 
Elle saisit son Smartphone, tape sa requête, puis brandit l’appareil triomphalement.
– C’est un navet ! Regarde : « Dali aurait adoré. Mais pas moi » !

 
Rouge de colère, Jean-Eudes réplique :
– Ah ouais ? ! Et c’est qui l’hydrocéphale qui a pondu ça ? Une ado dans Jeune et Jolie ?

 
Paul demande un temps mort :
– Eh, oh ! On se calme. Fabienne, assieds-toi entre Martine et Jean-Eudes, sinon ils vont se taper dessus… Bon, on se détend… Ils ont ressorti « Hiroshima mon amour » en version remastérisée. Ça vous branche ? Jean-Eudes, on ne te demande pas, on sait que ce sera oui. Martine ?… Martine ? Allez, c’est reparti, tu nous fais encore la gueule ! Tu fais ch….  Next. Fabienne ?

 
Je hoche la tête :
– D’accord.

 
Jean-Eudes sourit. Martine le pointe du doigt et s’apprête à lui crier dessus. Paul pose aussitôt la main sur la bouche de sa voisine.
– Chut ! Il y a des enfants qui passent. Mais enfin, Tinou, as-tu besoin de te mettre dans un état pareil pour un film ?

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.