Max

Malgré sa situation objectivement dramatique, son appartement ouvert en deux d’un coup d’obusier de 150 marine, Max, ce soir-là, ne parvenait pas à éloigner de lui le petit garçon qu’il avait été une trentaine d’années plus tôt.. Pourquoi cette image le poursuivait-elle, au point de couvrir complètement, presque, cette fin de bombardement.

Il se voyait avec netteté au pieds de l’étagère qui courait autour de la cuisine familiale. Il ressentait pleinement l’émotion d’alors à l’idée que sa consommation des confitures rangées là-haut allait provoquer non seulement le jugement sévère de sa mère ; mais aussi la punition si redoutée & souvent donnée de la pince à linge sur son oreille gauche qu’il faudrait porter tout le lendemain. Honte & ridicule.

Mais cette nuit-là se surajoutait à la surface de ses pensées, le bruit dru sur les feuilles de palétuviers qui corrompaient tout alentour : terre, racines, boiseries du salon & même le papier qui tapissait les murs de sa chambre se ponctuait de bulles d’humidité.

Tout était excès : la nuit tropicale sous l’orage quotidien & cette nuit sous les bombardements. Sa vie lui semblait s’écrire en majuscules.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.