Histoire courte – Magnificos, le dompteur

[Magnificos répond à un journaliste]

– Quoi ? M’interroger sur mon métier de dresseur ? Rapido, alors, j’ai d’autres lions à fouetter, moi.

– Chats.

– Quoi ?

– On dit « J’ai d’autres chats à fouetter ».

– Qu’est-ce qu’il me raconte, le journalier ! Tu fouettes les chats, toi ?! Tortionnaire, va ! Un chat, tu lui dis « Assis, pas bouger ! ». Ça suffit. Oh l’autre, « j’ai d’autres chats à fouetter »… La mère Brigitte, elle t’a rien dit ?

– C’est aux chiens qu’on dit « Assis, pas bouger ». Pas aux chats. Et puis, je suis journali-STE, pas journalier. Un journalier, c’est un ouvrier agricole.

– Vu les conneries que tu sors, t’es jamais sorti de ta campagne, toi. Ecoute-moi bien ; je leur cause comme je veux, aux clébards ! Un chat, un chien, ça obéit à l’index et à la pupille, Môssieur !

– Non, « Au doigt et à l’œil ».

– Mais c’est qu’il me les casse, celui-là ! Allez, vas-y, mets le majeur et ferme une paupière, t’auras l’air d’un con ! Avec les animaux, faut être rigoureux, précis. Tu vois, mon gars, si je pointe le majeur à mon lion, il me fait un bras d’honneur !

– A ce point ?!

– Ouais ! C’est teRRRIBLE, un lion. Mais c’est comme ça que les aime. TERRRIBLES !!!

– Vous… ça peut être autrement, un lion ?

– Non, mais t’es vraiment trop con, toi ! T’as la pétoche devant la peluche du Crédit Lyonnais ?

– Hem… Revenons-en à votre art du dressage. Il paraît que les lions obéissent à la langue allemande. Est-ce une légende ?

– Ben oui, sous une image, un dessin, une photo, tu mettras une légende. Sinon, je peux te dire si je cause le verlan à mon lion, je ne serai pas croyable.

– Crédible.

– Crédit bleu ? Mais je ne suis pas à la Bred, moi, je suis à la BNP. Crédit vert, si tu veux. Un lion, il a besoin d’intonations. De phrases brèves. Les Suisses n’ont pas voix au chapitre. Trop lents.

– Ah…

– A y est, j’ai bien répondu à tes questions ? J’ai le fouet qui commence à refroidir…

– Attendez, je regarde ma liste… C’est bon. Eh bien j’inviterai dans mon article mes lecteurs à venir nombreux applaudir le grand Mgnificos et son lion. Au fait, il s’appelle comment, le Terrrible ?

– Non, il s’appelle Ignace. « Ignace, Ignace, c’est un petit petit nom charmant. Ignace, Ignace… ». Vous connaissez ? Fernandel. Quel déconneur, celui-là !

– Ah…

 

Ce contenu a été publié dans Hors ateliers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.