La vie baluchon

Il enroule sa vie

Dans un sac de couchage.

Il la pose le soir

Attendant un mirage.

Il trimballe avec lui son passé-paquetage ;

Son histoire prend l’eau.

Les cartons d’emballage

Où il se couche

Sont des toits d’infortune.

La rue est sa maison

Et sa vie baluchon.

Quand vient le matin,

Le vigile dit « Dégage ! »

Il ne lui en veut point.

Et il plie bagage.

Dans la rue, sa résignation

Et sa vie baluchon.

C'est un peu par hasard que j'ai découvert le plaisir d'imaginer des histoires. D-Ecrire des vies. Et j'ai trouvé avec Cécile et Philippe, et tous les participants, de quoi cultiver l'enchantement. Merci à tous.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire