Retour de pêche

L’humeur du  soir siffle sur l’eau, la mouette s’élance, apostrophe l’écume. Sur la barque dérive. Le temps. suspendu à son crochet joue de l’esquive. Aucun merlu, son panier reste vide. L’eau n’avance plus.

Revenu au pub, le serveur roux serre ses pintes à tour de bras sans frémir. Les tables chavirent, c’est la mêlé en cœur. Tout le monde donne de la voix.

Sortie soir, la journée épuisée, recherche sa route pété comme un coin. c’est la ronde, l’équilibre sur le parapet, l’impossible quête des réverbères. A tâtons les clés s’enlisent. A terre, les charnières restent obstinément bloqué. C’est la mauvaise porte l’erreur de détour. Assis sur le bord du chemin la tête cherche sa voie encore trouble.

 

 

Ce contenu a été publié dans Atelier au Long cours. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.