En quête

Il regardait pas la fenêtre. Une bonne odeur de poulet se dégageait du plat sur la table. Il se décida enfin à braver l’interdit quand il entendit des pas se rapprocher. Vite, il sauta à terre et se réfugia sous le pommier. De temps en temps, il se risquait à un coup d’œil vers la fenêtre. Après de longs moments d’un silence retrouvé, il sortit de sa cachette comme si il chassait. Le ventre à terre, il avançait tout doucement. Une fois sous la fenêtre de la cuisine, il écouta attentivement, mais le danger semblait loin. Il sauta sur le rebord, tous ses sens à l’affut. Puis il se concentra et entreprit de sauter directement du rebord à la table. N’étant pas un magnifique sauteur, il rata son atterrissage et une de ses pattes se retrouva dans le vide tandis qu’il essayait de s’accrocher à la nappe. Il fit tomber une cuillère mais réussit à se redresser. Les oreilles en alerte, il attendit mais le bruit ne semblait pas avoir alerté quelqu’un. Soulagé, il s’approcha du plat et se lécha les babines en humant la bonne odeur. Il s’installa confortablement et s’apprêtait à commencer son festin quand tout à coup une ombre apparut. Oups !

« Mistigri, combien de fois dois-je te dire que ce n’est pas pour toi !, s’exclama Marie en attrapant le chat. »

Elle le posa sur le rebord et ferma la fenêtre. Mistigri la regarda avec ses yeux de chat Potté, mais Marie détourna le regard. Elle n’y était pas insensible. C’est vrai, il était trop mignon et e savait très bien. Elle emmena le plat dans la salle à manger, tout en prenant soin de laisser un morceau de poulet dans sa gamelle. Elle savait à quel point il aimait cela.

Mistigri la regarda faire. Il poussa un miaulement ravi avant de faire le tour de la maison pour trouver une entrée. Malheureusement, aucune fenêtre n’était ouverte. Puis il les vit tous à table. Il se planta devant la fenêtre et fit son plus beau miaulement. Marie l’entendit et tourna la tête. Il répéta le miaulement avec encore un peu plus de tristesse et avec ce regard. Ce repetit regard qui la faisait toujours céder. Elle se leva et lui ouvrit. Mistigri passa la porte à toute vitesse et s’engouffra dans la cuisine. Enfin ! Du poulet !

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.