Musée d’un autre monde

Marie se baladait dans ce musée d’un autre monde. Les objets semblaient aussi fou que leur nom. Un ranvilent ressemblait à une petit montre à gousset mais le mécanisme relevait plus de la mécanique que de l’horlogerie. Des tuyaux véhiculaient un liquide ambré à travers les rouages. Elle lut la plaque. « Objet servant à ralentir le temps ». A côté, il y avait le racilmi, une espèce de petite brosse qui d’un coup sur les cils éloigne les idées noires. Pratique, se dit-elle. Dans l’allée suivante, elle tomba sur une besace remplie de mains. L’écriteau indiquait « bafinelle », avec le symbole danger. Pourtant, ce mot est mignon. « Sac de baffes infini, à n’ouvrir qu’en cas d’absolu nécessité. » Quelle drôle d’invention. Ensuite, il y avait une pagnelle; servant à tenir les pagnes traditionnels. C’était une petite broche servant aussi de couteau suisse. Utile. Le fonibo le fit rire. C’était un instrument ressemblant un peu à une flûte de pan, mais avec un mécanisme d’accordéon. Apparemment, les sons de cet instrument étaient si désagréable qu’il avait été banni de tout l’univers. Elle avança dans le musée et tomba sur un crisdo. Elle en avait déjà vu auparavant. C’était l’ancêtre du docris actuel. On pouvait choisir un etypographie et une taille d’écriture pour améliorer la lisibilité. Le docris avait été plus loin vu qu’il suffisait de le brancher sur les tempes et il écrivait toutes les pensées. Elle fut stupéfaite de tomber ensuite sur un facmilzinn. Cet objet avait aujourd’hui complètement disparu. Autrefois, il servait à prendre des portraits de famille. Le cadre captait la lumière, les couleurs et le mouvement, pour les retranscrire sur la toile. Son seul défaut était de ressentir aussi les émotions et donc de représenter les personnes selon leur humeur. Beaucoup avaient attaqué l’inventeur en justice pour cause de tableaux ratés. Le plan de fabrication avait donc disparu quand celui-ci, de rage de ne pas réussir à corriger cette erreur, avait mis le feu à son atelier. Marie aimait ces musées remplit de vieux objets. Elle se demandait à quoi ressemblait la vie quand ceux-ci étaient encore utilisés.

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.