Rose voyage

Rose parcourait de ses doigts les reliefs de la mappemonde que lui avait léguée son grand-père. Grand voyageur, il était une mine d’or. Il disait : « De l’autre côté du monde, tandis que l’aube dénudait les fjords ou révélait les façades blanches de Crète, on trouvait des saphirs bleus comme des ciels d’orage. »

 

Une fois adulte, la jeune femme tint à marcher sur les pas de son aïeul. Elle foula des tapis de neige où seuls des oisillons purs et innocents l’avaient précédée sur leurs petites pattes. Elle apprit à piloter des avions pour voler embrasser les nuages.

Elle remplissait des carnets de voyages qu’elle lisait sur la tombe du grand-père, chaque vendredi. C’était son clin d’œil à l’aventure, à la vie sauvage, à Robinson.

Ainsi s’appelait le vieux voyageur : Robinson.

 

Un vendredi de printemps, Rose ne vint pas au rendez-vous du cimetière, allée des Mimosas. Malgré le soleil haut, en dépit de la joie de retrouver son grand-père, Rose dut renoncer. Une hépatite fulgurante, au retour de 6 jours de vacances, l’avait condamnée à rester couchée. Comme les ambulanciers étaient en grève, elle ne put être conduite à l’hôpital. Las ! Elle tenta de soigner, seule, son teint de citron. Sans grand succès.

 

Pendant ce temps, le caveau attendait, attendait. Allait-il se rebiffer ?

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.