Hézéquiel

Hézéquiel laissé un tracé vert foncé dans le ciel. Il ne savait pas conduire. Seul l’amour dictait sa vie. Une vie qui n’était pas simple au demeurant. Des nuages s’accumulaient au-dessus de sa tête dès qu’il marchait. Sa femme ne pouvait pas avoir d’enfant. Et lui en désirait tant. 1, 2, 3, 4 après il ne savait plus compter. Quitter sa femme? En prendre une autre? Cette idée lui pinçait le coeur. Il aimait sa femme. Ils flânaient souvent dans les musées avant d’aller dîner dans les meilleurs restaurants de la ville. Et il y en avait! Sa femme avait le palais fin. elle connaissait tous les vins de la terre et de la mer. Elle ne serait jamais mère et cette idée lui fendait le coeur. Il aimerait tant voir son ventre s’arrondir. Comme la pleine lune. Ses seins devenir comme des fruits bien mûrs. Il aimerait recueillir ce liquide dans un sac précieux qui annonce la naissance. Le temps passait et le ventre de sa femme demeurait plat. Et pourtant qu’elle était belle. Avec ses formes géométriques sa légèreté à se déplacer ses gestes graciles et son parfum naturel. Il aimait la voir boire du vin réputé. Elle était légérement gaie. Son corps dansait ses hanches se balançaient dans l’air. Il s’amusait quand elle riait.
Quand elle dormait la nuit il s’asseyait à côté d’elle se penchait vers elle et scrutait entre ses jambes. Il appelait celui qui pourrait tomber de son ventre. C’était le silence. Même pas un échos ou un souffle. Rien. Son ventre n’était même pas garni. Aux questions embarrassantes et embarrassées de la famille, des amis il haussait les épaules. Qu’aurait-il pu leur répondre? Un prénom. Juste un prénom accroché sur ses lèvres. Sa femme ne le savait pas. Le saurait-elle un jour?
Sabine L

Ce contenu a été publié dans Atelier d'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.