Avec toi, en voyage.

« tu ne voudrais pas que l’on parte en voyage ? » cette interrogation a été celle que nous nous sommes faite l’un & l’autre, sitôt que nous nous fûmes rencontrés. Nous avions ce besoin en commun, & depuis, plusieurs fois par an, l’un & l’autre, l’un ou l’autre posait cette question qui était toujours reprise au vol, avec enthousiasme & bonheur partagé : « mais oui !!! j’allais te le proposer » répondait l’autre sans hésiter.

Nous lisions les plus beaux livres du monde, qui nous faisaient rêver & donnaient l’envie de boucler nos sacs.

C’était une grande fenêtre que nous ouvrions sur un monde immense & telle l’araignée qui se laisse glisser sue son fil dans le vide, nous plongions avec émotions vers les lacs, mers & montagnes inconnues.

Nous savions qu’en nous perdant ensemble; nous nous retrouvions tous les deux comme les premières fois.

Nos souvenirs venaient au rendez-vous : cette plage d’un petit village portuaire de la côte cantabrique où je lui ai dit : « tu es trop belle pour moi, Annabelle !! » Son visage rosissait de bonheur dans la sombre clarté du crépuscule enveloppant les ruelles & les toits.

Elle dessinait souvent, avant d’aller dormir, sur un grand carnet les étoiles & les cieux.

Les jours passaient heureux, entrelaçant leur gravité du moment avec la légèreté précise & douce de ceux déjà lointains. Ils annonçaient aussi ceux à venir, car nous nous pensions immortels.

Annabelle mettait la même ardeur que moi dans la préparation. « vraiment, disait-elle au retour, nous avons fait un beau voyage. N’est-ce pas ? qu’en dis-tu ? »

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.