Haïkus de décembre

Les gâteaux s’effritent
Dans ma bouche disparaissent
L’amande réunie

Le thé chaud bouillant
Me réchauffe mais n’efface pas
Les voluptes d’hiver

Bracelets dorés
Sur les chevilles, aux poignets
Menottes, artifices ?

Mouchoir déplié
Gorge enrouée, toux rythmée
Se déploie en moi

Une page tournée
De l’encre, du papier épais
Pour t’écrire je t’aime

La chaise grince sous moi
Cheville raide et jambe boiteuse
Dégripper la porte

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.