Lac gelé

Ce matin, j’ai décidé d’aller patiner car depuis quelques jours, le lac est gelé. J’adore cette activité. Bien couverte, patins aux pieds, moi si timide sur la terre ferme, je virevolte avec une aisance qui me surprend chaque fois. Les occasions sont rares et j’ai à coeur de ne pas les manquer. J’enfile une robe chaude et mon manteau, pose délicatement ma toque sur ma chevelure sauvage. Je glisse les quelques mèches de cheveux qui résistent d’un geste sûr. Mes patins dans mon sac, je pars dynamique vers ce lieu magique. J’arrive au lac et je constate que nous sommes peu nombreux. Le temps est idéal, très froid, ensoleillé. Je chausse mes patins et je m’élance. Je sens mes joues rosir, piquées par la bise. Je retrouve ces sensations oubliées depuis l’an passé.. Je me sens tellement légère que j’ai l’impression de voler, d’effleurer la glace, d’être en apesanteur. Rien que pour vivre ça, j’aimerais que ce soit l’hiver toute l’année. J’éprouve une joie indescriptible. A aucune autre occasion je suis autant moi-même, en accord avec les éléments. Ma gaucherie naturelle disparaît. Comme un poisson dans l’eau mais au-dessus. Le lac est grand, il y a de l’espace, il est possible de se laisser aller à son inspiration sans gêner les autres. D’arabesques en arabesques, je remarque un homme, jeune comme moi, qui s’est arrêté pour me regarder. Lui aussi a le rouge aux joues. Dans un sourire lumineux, il me dit : « vous glissez à merveille sur ce lac gelé ». Je me sens rougir de nouveau mais pas à cause du froid. Je croise son regard qui tout de suite me fait vibrer. Nous décidons alors de patiner côte à côte avant de rejoindre le bord du lac et de nous installer devant un chocolat chaud.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.