L’été 1962

Dans la poussière du chemin apparut Georgio. Il avait donné rendez-vous à Paulo et Luigi  à 11:00 tapantes sur le petit muret de pierres sèches à l’ombre du grand Olivier. Passa sa main dans ses cheveux bouclés, épongea son front rougi par la poussière du pays et s’assit sur les pierres irrégulières. Ouvrit sa sacoche, en sortit trois figues, une belle tranche de lard fumé et un jeu de cartes napolitaines. L’été 1962 commençait et marquerait les plus belles vacances de sa vie. Il contemplait la vaste plaine et trépignait de retrouver Luigi, le meilleur coureur du village et Paulo Donato, fils de son père. Les deux compères arrivèrent en dévalant la colline, tout excités de la rencontre qu’ils venaient de faire. Un vieil appareil avait traversé le ciel dans un tonnerre et un brouillard de flammes, juste au dessus de la ferme des Vassilio. Le point d’impact présumé se situait vraisemblablement trois kilomètres en aval. Georgio remballa à la hâte le pique nique improvisé et nos compères se mirent en route vers la colonne de fumée noire. L’aventure commençait là.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.