Qu’est-ce qu’il dit ?

Le flimouton hésitait à sortir de son terrier ce matin. C’est vrai que le crachodime incessant depuis la nuit dernière le laissait cloîtrer dans sa roinson. Il avait bâmi en songeant à retrouver son amie Miplou avant que la marée monte. Il lui avait préparé du majpibon, son plat préféré pour lui déclarer sa flamme.
L’eau éteint les flammes, il ne pouvait rien lui dire par ce temps-là, c’est certain. En plus, elle avait un peu de mal à le comprendre. Dès qu’il parlait, elle avait le visage en point d’interrogation. Elle avait tenté quelquefois, en toute délicatesse, d’exprimer son désarroi. Mais comment lui dire qu’il inventait des mots qui n’existaient pas, dont le sens était compris par lui seul ? Comment lui demander de les expliquer pour que la conversation ait un sens ?
Elle avait compris, mais n’en était pas tout à fait sûre, qu’il l’avait invitée à déjeuner aujourd’hui. Elle était arrivée sous le petit crachin matinal qui avait duré un peu plus longtemps ce matin que les autres jours. Précautionneuse, elle avait mis sa capuche et pris un parapluie. Sur le perron, sous la marquise, enfin à l’abri, elle avait fermé son parapluie, secoué les gouttes, enlevé sa capuche, recoiffé ses cheveux pour leur redonner une forme avant de taper à la porte de son mâle.
Il lui ouvrit la porte, tout sourire : « Bonjour, ma chérie, comment vas-tu aujourd’hui ? J’espère que tu as faim, je t’ai préparé un bon petit plat ». Elle resta abasourdie, elle avait, pour la première fois, tout compris de son débit.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.