Les évaporés. Un roman japonais

Au détour d’un article paru dans Le Monde, je crois, je me suis intéressée au phénomène des évaporés (Johatsu), hommes ou femmes qui partent pour ne jamais revenir, ou pas.

Dans le roman de Thomas Reverdy, nous suivons la fille d’un évaporé et un détective privé. L’auteur malicieusement dresse une liste de raisons pour disparaître de « la plus banale : une autre femme » (p. 121) à « la plus proche, bien qu’éloignée : le tsunami. Il a tout emporté. » (p. 124).

Si ce phénomène vous interpelle, je vous invite aussi à lire l’enquête d’une journaliste, Léna Mauger, Les évaporés du Japon. L’ouvrage est riche de photos de Stéphane Remael. Il s’agit de portraits d’évaporés. Certains ont revu leur famille au bout de plusieurs décennies.

Thomas REVERDY, Les évaporés. Un roman japonais, Paris, Flammarion, 2013.

Léna MAUGER et Stéphane REMAEL, Les évaporés du Japon, Paris, éds des Arènes, 2014.

Cette entrée a été publiée dans Livres aimés. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Les évaporés. Un roman japonais

  1. Cécile C dit :

    Merci Emmanuelle, je vais chercher ce livre…

  2. Cécile C dit :

    Merci, mais je préfère qu’on trouve une autre occasion : pour la balade écriture, autant marcher pas trop chargée, non ?

Laisser un commentaire