Nuit

La nuit, moment de rêves, de cauchemars, moment où les souvenirs reviennent à la surface, moment où tout peut arriver. Lui, le film de sang et de massacre a perturbé un sommeil qui a tardé à venir. Des images crues et violentes qu’il n’aime pas voir. Mais voilà, il était chez les Drake, des amis, alors on sourit, on fait avec, on dit « merci pour la bonne soirée » et on s’en va, la tête enfouie dans l’horreur. Elle, rien ne l’atteint, les horreurs ne sont que du cinéma, elle s’amuse de ces scènes plus ridicules que réelles. Elle sait ce qu’est la réalité du quotidien et ça n’a rien avoir avec le grotesque de ces plans exagérés. Elle, elle se réveille lorsque le petit a crié, que les larmes ont débarbouillé son visage, que son ventre a bobo. Elle est la main qui cajole, elle est la voix qui rassure, elle est l’histoire à raconter. Jamais tout à fait la même. Dans ces instants, elle se souvient de sa grand-mère. Quelle que soit l’histoire, il y avait toujours un clown au sourire triste, à la larme de sang. Un clown comme au théâtre.

Ce contenu a été publié dans Atelier au Long cours. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.