Amour des pages

Je me souviens du jour où j’ai découvert le livre. Au départ, c’est le contact avec le papier et les dessins formés par les lettres qui m’ont plu car je ne savais pas lire. Il y avait des images aussi. Une représentation du monde. Je n’étais encore qu’une enfant qui le découvrait ce monde avec ses couleurs, les personnes qui m’entouraient, les animaux et la nature. Ce n’est que plus tard, que j’ai ressenti les méandres de l’âme humaine. Nous habitions une maison sur trois niveaux. Je me cachais souvent au dernier étage avec mon roman. Le silence qui y régnait me permettait de rêver à la lecture des mots sur la page. J’étais dans une bulle. Je m’identifiais aux personnages. Quelquefois, j’étais un lion dans la savane et parfois un petit garçon qui courait, grimpait, sautait. Quel bonheur de pouvoir vivre plusieurs vies et de combler ainsi une réalité relativement routinière et souvent sans surprise. Lire permet de parcourir le monde et de rencontrer des gens. Un peu comme au cinéma lorsqu’on a envie de rentrer dans l’écran et de vivre avec les personnages du film. Plus tard, j’ai vu ce film « La Rose pourpre du Caire », film dans lequel l’héroïne entrait dans l’écran.

Oui, mes premières lectures bercent encore mes souvenirs. Je ressens un peu de nostalgie même si je retrouve encore parfois des sensations anciennes. Lire m’a toujours accompagnée. J’aime ces moments hors du temps, hors de mon temps dans lesquels je m’abandonne à d’autres vies qui de temps en temps rejoignent la mienne. Je me souviendrais toujours de ce jour où j’ai dépassé ma peur des livres.

Ce contenu a été publié dans Atelier Ecriture-Collage. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.