Les recettes de grand-mère

« A un bol trop petit, coller dix-sept blanches baguettes conviendra parfaitement. »

« Parfaitement compréhensible, merci beaucoup », se dit Alice. Elle venait de retrouver les vieux cahiers de recettes de sa grand-mère. On dirait des cahiers d’écolier. La table de multiplication sur la quatrième de couverture. La belle écriture alignée à l’intérieur. Et des annotations dans toutes les marges. Alice essayait de les déchiffrer du mieux possible, mais la tâche était ardue. Sa grand-mère avait toujours été très espiègle et aimait les jeux de mots par-dessus tout. Il semblerait qu’elle avait écrit ses livres de recettes avec cela à l’esprit. Les phrases sans queue ni tête se mêlaient aux ingrédients incompréhensibles. La recette du gâteau au chocolat contenait poissons, porcelets et aubergines. La blanquette de veau se faisait à l’aide d’un râteau. Alice souffla à nouveau puis referma le cahier. Elle n’en tirerait rien, se dit-elle. Elle, qui pourtant se disait la digne héritière de sa grand-mère; ne trouvait pas la clé pour décoder ce charabia. En regardant pas la fenêtre, elle se souvint des heures passées dans la cuisine à confectionner toutes sortes de plats en résolvant des énigmes. Elle voudrait croire que pendant ces moments sa grand-mère lui avait laissé un indice pour qu’elle seule puisse décoder les recettes. Après tout, c’était son secret le mieux gardé. A tous ceux qui lui demandait une recette, elle répondait qu’il n’y avait pas d’instruction plus importante que de cuisiner avec son cœur. Cela avait le don d’exaspérer son entourage. Mais Alice savait que c’était le meilleur conseil que sa grand-mère pouvait donner. « La recette n’est jamais rien sans un soupçon d’amour. », lui répétait-elle sans cesse. Alice rouvrit le livre de recette et essaya à nouveau de trouver un sens à ce chaos inexplicable. Elle essaya de regarder les annotations plus en détail. Mais elles n’avaient pas plus de sens que le reste. Elle se rendit alors à la cuisine pour voir si dans un environnement familier, elle aurait un déclic. Néanmoins, rien ne venait éclairer les propos de sa grand-mère. Alors, Alice commença à sortir tous les ingrédients pour la gâteau au chocolat qu’elles préparaient ensemble. C’était sa recette fétiche. Elle ferma les yeux et se laissa guider par ses souvenirs. Et à la fin, elle comprit enfin que sa grand-mère lui avait effectivement laisser le secret de ses recettes. un secret qu’aucun carnet ne pourrait révéler.

 

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.