L’étoile, c’est moi…

« L’étoile, c’est moi ». Pas l’étoile dans le ciel qui éclaire la noirceur de la nuit. Non moi, c’est l’étoile de mer. Cinq branches rouges, je navigue au fond de la mer. J’aime me poser sur le sable et observer ce qui se passe autour de moi. Je suis calme de nature, plutôt réservée. Ce que je n’aimerais pas, c’est finir séchée sur l’étagère d’une bibliothèque. Tiens, un crabe vient de passer. Il me fait rire celui-là à marcher de travers. Enfin, si je puis m’exprimer ainsi. Je ne sais pas si ça se voit quand je ris. Un assemblage de varech passe au-dessus de moi. Il me fait penser à une perruque qui aurait été perdue par un nageur. Il y a des poissons aussi qui s’enfoncent dans le sable car ils sont de la même couleur, les traitres. Je me trouve assez belle et harmonieuse. Ma couleur tranche bien avec mon environnement. Je ne dois pas m’échouer sur la plage car là, c’est sûr, je finirais totalement sèche car il y aura toujours quelqu’un pour me ramasser et me laisser sécher. Les enfants adorent ça, ramener une étoile de mer de leurs vacances. Mais nous sommes assez rares maintenant. Ma mère m’avait prévenue, fais bien attention à toi, nous ne sommes plus très nombreuses. Parfois, je fais preuve d’imprudence car j’adore me laisser porter et bercer par les petites vagues autour de moi. J’aime aussi ne pas savoir où elles vont m’emmener. Ca doit être bien aussi d’être une étoile dans le ciel. C’est immense le ciel, un peu comme la mer. Mais j’aime bien quand même ma vie d’étoile de mer. C’est rare et recherché. Tout cela me laisse sans voix, la vie d’étoile de mer, sa mort. Quel est le sens de mon existence, en quoi je participe à la beauté du monde, les différences. Mais je ne suis pas dotée d’une voix, je n’ai pas voix au chapitre malheureusement… c’est dommage, moi aussi, je donnerais bien mon avis, sur les saccages que subit la mer, sur le peu de soins que prodiguent les hommes à la planète. Un jour, peut-être, je n’existerais plus et ne participerais plus à tout ce qui fait la variété et la diversité de la Terre. L’étoile de mer, c’est toujours moi.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.