Nostalgie sur la Place Rouge

La Place Rouge n’est plus vide. Devant moi, marche Natalia Ivanova Oulianov. Je désespérais de voir quelqu’un la traverser. J’étais arrivée très tôt ce matin pour voir cette place avant la vie qui la ferait vibrer par la suite. Bien sûr, elle n’était pas totalement vide. Quelques militaires l’arpentaient sous tous les angles. Elle était immense comme je l’imaginais. C’était la première fois que je venais ici. Je m’étais laissée convaincre par une amie qui avait voyagé en Russie l’année dernière. Elle était revenue fascinée par l’histoire de ce pays, elle qui le connaissait principalement par sa littérature. Le contact avec les gens, malgré leur rudesse apparente et les difficultés de la langue, l’avait touchée. Alors, je m’étais dit pourquoi pas. J’avais besoin de découverte et de dépaysement. Petit à petit, les moscovites donnaient vie à ce lieu un peu froid et triste. La neige n’était pas là mais la blancheur du ciel laissait présager son arrivée prochaine. Un frisson parcourut mon corps pas assez couvert pour la région. Chacun se rendait où il le devait, le visage un peu fermé et concentré sur ses pas. J’avais connu Natalia il y a quelques années à Paris. Elle étudiait les beaux-arts comme moi. J’avais été frappée par son français si littéraire. C’était incroyable de la retrouver ici après toutes ces années. Malgré une grande amitié nous avions perdu tout contact. Quel hasard ! J’hésitais à l’aborder. Qu’aurions-nous à nous raconter après tout ce temps ? Tout ça me paraissait tellement loin, comme dans une autre vie. Avait-elle poursuivi cette voie ? Elle avait quitté précipitamment Paris lorsqu’elle s’était séparée d’Hugo. Ca avait été un déchirement pour nous tous, ce départ. Je me mettais à sa place. Comment vivre après tout ça. Etait-ce vraiment mieux avant ?

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.