Plus tard

L’enfant rêvait la route de sa vie. Assis à son bureau, il regardait pas la fenêtre, perdu dans ses pensées. Il devait écrire un texte sur ce qu’il voudrait faire plus tard, pour l’école. Devant lui la feuille était blanche et le stylo immobile. Et pourtant tout était écrit. Toutes les phrases s’alignaient dans sa tête. Puis elles s’évaporaient comme pousser vers des contrées lointaines par les vents du large. L’enfant dessinait sa vie future bien à l’abri de son esprit. Il ne savait pas très bien ce qu’il voulait faire plus tard, ou à quoi ressemblerait sa vie. Mais il savait qu’il ne voulait pas faire comme son père. Pas de costume-cravate, pas d’attaché-case, pas de calculatrice. Ou bien comme sa mère. Pas de blouse blanche, pas de repas inachevés, pas de courses effrénées. Non, il voulait surtout continuer à jouer avec Volo. Il voulait pouvoir continuer à rêver en regardant pas sa fenêtre. Il voulait pouvoir toujours aider mamie à faire des gâteaux et accompagner papi à la pêche. Et surtout, l’enfant voulait dessiner sa vie, no pas l’écrire. Écrire c’était difficile. Les mots se mélangeaient et ils ne voulaient jamais rester dans le rang. Pas moyen de leur faire dire ce qu’il voulait. C’est pourquoi la feuille était vide et le  stylo immobile. L’enfant savait qu’il n’avait pas le choix. A l’école, on lui avait dit d’écrire, pas de dessiner. Il n’y avait pas d’alternative. Il avait déjà essayé une fois. Son dessin répondait à la consigne mais personne n’avait été satisfait. Alors il s »était résigné à écrie. Mais aucune mot n’avait jamais assez de sens pour lui. Le mot ballon ne pouvait pas décrire avec assez d’exactitude les la régularité des hexagones ou bien l’alternance des couleurs. Pas comme son dessin. L’enfant entendit les pas de sa mère dans l’escalier. Il savait qu’elle venait voir où il en était. Il s’empara donc du stylo et essaya de se concentrer. Que voudrait-il faire plus tard ? Mais plus tard quand ? Plus tard ce soir, il voudrais s’asseoir dans le salon avec ses parents pour écouter une histoire. Plus tard demain, il voudrais jouer avec ses amis dans la cours. Plus tard dans la semaine, il voudrait aller voir ses grands-parents à la campagne. Mais plus tard plus loin que cela, c’est trop loin pour savoir quoi faire.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.