Qui va piano va sano

– Ne regarde pas l’arène. Continue de jouer du piano. Laisse la rage proliférer.
Elle leva les yeux au ciel. Quel con, ce metteur en scène !
– Oh ! Chérie ! Tu te réveilles un peu ? Je veux de la rage, de la colère quand tu tapes sur le piano, c’est compris ?
– T’es pas musicien, pauv’ type, ça se saurait…
– Quoi, qu’est-ce qu’elle dit ?
– Tu vas pas m’apprendre à jouer du piano quand même, pauv’ débile
– Ça va être génial. Ça va être génial. Je le sens bien. L’ingé son, tu m’entends ? Ouais, ok. Ça se passe bien ? On n’a pas de problème de retour ?
– Il faudrait p’têt qu’elle joue la diva pour que je sache, non ?
– Ah oui, oui, bien sûr. Alors, chérie, tu nous fais quoi là ? tu t’échauffes les doigts ?
– Je vais t’échauffer les joues oui, tu vas voir !
– La régie ? La régie ? Allô. C’est bon pour les caméras, le cadrage. Il faut qu’on arrive à envoyer les gros plans sur les écrans latéraux. Oui, c’est ça. Gros plan sur les doigts qui tapent, qui cognent. Non, non, sa tête, on s’en fout
– Quel goujat, c’est pas possible !
– Chérie, chérie, alors tu joues pour qu’on puisse faire des tests. Au fait, on a fait accorder le piano ?
– Qu’est-ce que je fais ? Je me lève et je me barre. Je le laisse en plan.
– Oh, Louis, Louis, dis-moi, c’est ok les lumières ? Ouais, c’est sympa cette idée de jeu d’ombres. On aura l’impression d’avoir plein de pianistes enragés. Bon, ça se précise. Très bien. On va faire un spectacle de folie ! Chérie, chérie ? Ben, elle est passée où la greluche ? Tom, va voir aux toilettes.
– Mais, Monsieur…
– Il n’y a pas de « mais, monsieur »
– Mais
– Tch, tch, tch
– Elle est partie, Monsieur
– Comment ça, partie ?
– Elle a pris ses affaires et pouf, partie !
– Sans rien dire ?
– Ben en fait, si mais
– Accouche !
– Elle ne veut pas déverser sa rage sur un piano. Ce n’est pas déontologique, ce n’est pas musicalement correct.
– Quoi ? C’est quoi ces conneries !
– Je ne fais que transmettre le message Monsieur
– Tom, tu vas tout de suite me la chercher et ramener son cul coincé ici, compris ?
– Bien, Monsieur
– Les gars, quelqu’un sait jouer du piano parmi vous ? Non ? Vous savez cogner, non ? Toi, là-bas, viens par ici.
L’homme lâcha les câbles et s’approcha.
– T’as l’air costaud comme gars. Fais voir un peu.
L’homme resta muet.
– Bon, va t’asseoir devant le piano ou plutôt non, reste debout devant, ça fera venir les fans de Michel Berger ! C’est bon, t’es en place ? La régie, on est au point ? Louis, les lumières ? 3, 2, 1. Action. Ah, ah, ah, je suis trop drôle ! Vas-y mon gars, avec les poings, comme sur le sac de boxe. Magnifique. Magnifique. J’adore ! On va exploser le piano. Les mélomanes n’ont qu’à bien se tenir.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.