Rose glacé

Je roule sur cette route de montagne. La nuit commence à tomber. Un rose glacé recouvre les versants exposés au soleil. J’avais ouvert le boite à souvenirs et beaucoup d’émotions différentes m’ont envahie. J’ai eu envie de revenir ici, lieu de mes vacances lorsque j’étais enfant. La saison n’est pas la même mais les paysages affichent des couleurs semblables. Enfant, je n’aimais que la mer. Son immensité devant moi qui n’étais pas plus grosse qu’un caillou sur la plage. Je traînais les pieds pour venir en vacances ici. A la fin des vacances, je ne voulais plus en repartir. Avec toi mon grand-père, nous faisions des balades où tout semblait merveilleux. Tes qualités de conteur, magnifiaient chaque paysage, chaque sentier, chaque animal, chaque plante. Tu connaissais des histoires sur tout et j’étais émerveillée, la tête et les yeux remplis d’étoiles scintillantes. Les histoires dans les livres me paraissaient bien ternes après tes récits. Si bien que je ne te quittais pas d’une semelle. Tu étais patience et douceur. Tu m’as tout appris. Nous partions le matin, toi avec ton bâton, moi avec un ruban dans ma chevelure noire. Il était souvent rose ce ruban, un peu comme les montagnes, les soirées d’été. Ce rose glacé revient souvent lorsque je revis ces vacances. Les montagnes, une robe, des fleurs. Ma peau qui rosissait les premiers jours sous l’effet du soleil. Les souvenirs remontent lorsque j’ouvre cette boite, dans laquelle je conserve tout un tas de petites choses qui me sont chères. Beaucoup de photos aussi de toi, de moi. Sur certaines, j’ai du mal à me reconnaître dans cette petite fille. Ce rose envahissant, un peu comme l’amour de son père et de sa mère.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.