Sage comme une image

Je me vois dans le miroir. Au milieu de ma vie. J’ai un air sage. Même dans le miroir, on sent bien que j’ai les mains dans le dos. Mon regard d’aujourd’hui est triste. J’aimerais retrouver l’espièglerie de la petite fille que j’étais. Je me vois aussi avec les cheveux lisses et blancs. Et plus vieille aussi, je souris, je suis bien. Alors pourquoi je suis triste aujourd’hui?
Je porte en moi l’innocence du passé et la sagesse du futur. Il serait temps de laver et évacuer les idées noires, les savonner, les regarder bien en face et leur dire : voilà, j’ai pris mon bain. Je suis propre, nette et vous, idées qui pourrissent mon présent, vous pouvez dégager, exploser dans les airs, vous noyer dans des vagues tumultueuses. Faites ce que vous voulez du moment que je retrouve la lumière, la chaleur. Oui, aujourd’hui, bien sage, je me tape dans le dos pour faire jaillir ma lumière intérieure, remplie de notes de musique, d’infinis et au-delà, de formules magiques à défaut de formules mathématiques.
Je sens bien l’œil sévère que tu me renvoies mais vois-tu, je n’ai plus peur du loup, c’est lui qui a peur de moi. Mon moi plus âgé me renvoie de la douceur, de la sérénité, comme une mère à son enfant, comme chaque personne devrait le faire à soi-même. Tu peux avoir un regard critique sur moi mais je ne te laisserai pas gagner. Mon puits est plein et il déborde d’or. Le noir, la peur qu’il m’inspirait avant pouvaient m’éloigner de moi.
J’ai trop marché dans les rues sombres, à peine éclairées, emmitouflée dans un manteau rouge à laisser défiler le temps. L’horloge en moi ne faisait que sonner : en retard pour ceci, en retard pour cela. Tu te rends compte de l’âge que tu as ?
J’ai libéré le loup qui me dévorait au plus profond de moi. Toutes ses morsures ne m’atteindront plus. Je reste droite et stoïque dans mon manteau rouge. J’ai mis sous cloche les piques qu’on m’a envoyés. Je profite du silence pour n’entendre que la joie. C’est pour ça, tu vois, que dans 30 ans, je serai comme tu me montres là.
Je me bats contre moi, je me bats contre mes démons. Regarde bien, j’esquisse un léger sourire parce que j’ai gagné ce combat contre toi. Aujourd’hui, dans ma robe rouge, un peu sage ou peut-être pas, je garde en moi ce que j’étais, je sais ce que je deviendrai. J’ai les cheveux dans le vent et toi, dans le miroir, tu ne le vois pas.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.