À bout de souffle

Il court, il court. Le souffre court. La foulée légère. Une brindille s’essouffle. La terre garde pour un temps l’empreinte crantée de la basket fluo.
Il court, il court. Le salut à bout de souffle. Le front à peine perlant. Le regard interrogateur et rieur.
Il court, il court. Une rencontre fortuite. Des retrouvailles au sommet de la crête ou sur le quai de la gare.
Il pédale, il pédale. Dans le vide. Difficile de monter la côte.
Il pédale, il pédale. Dans la semoule. En noir et blanc. Sur la voie goudronnée. Aucune trace de son passage.
Il pédale, il pédale. Toujours tout droit, toujours plus loin. À peine un regard si ce n’est un regard noir.

Ce contenu a été publié dans Balade-Ecriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.