Le Rocher de l’Eponge

A ses pieds tu peux tout voir, tu sens leur force te projeter dans une autre époque, un autre univers. Dans ma mémoire, j’imagine les traces de ton passage, pour lui rendre hommage, avec ces autres qui vivent dans le bruissement des feuilles dans les arbres. Je te demande alors de réveiller en moi l’enfant qui jouait jadis, pour faire naître enfin la musique de la Joie, les jeux, les rires, l’harmonie des désirs. Enfant je fus, enfant je redeviens… Et ce fût tout ?
A regarder la nature dominer cet endroit, j’arrivais vers André pour lui dire ma foi.

Ce contenu a été publié dans Balade-Ecriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.