Sa maison jouxtait la forêt noire

Sa maison jouxtait la forêt noire et mystérieuse, il lui vint l’envie de sortir, pour y puiser l’énergie des arbres à la nuit tombée. Ressentir l’apaisement de leur bienveillante présence, humer l’air embaumé des écorces, de l’humus imprégné de la chaleur du jour, au soleil de ces heures épanouies, resplendissantes de beauté.
La fraîcheur de l’air lui apportait réconfort et douceur. Sous l’arbre majestueux qu’il connaissant si bien, il s’installa un temps pour ne penser à rien. Avec sa volonté il inspira la paix, expira ses colères, ses peurs profondément.
Il ressentit en lui quelque chose lâcher, redevint l’amoureux de la vie qu’il était. Décida que pour lui le message de son âme, avait si bien soufflé le chemin à poursuivre ; cela il le sentait, et d’un pas léger, avançait.

Ce contenu a été publié dans Balade-Ecriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.