Soulfood équatoriale de Léonora Miano

Au départ, mine de rien, ce petit livre léger, exquis comme un soufflé nous parle de souvenirs culinaires. Mais l’auteure nous emporte au cœur de son univers. Par le biais d’une pierre à écraser, elle nous amène sur les rivages du Cameroun. La pierre est imprégnée des odeurs mêlées du gingembre et des écrevisses séchées (camarones). Le pays marqué par sa culture culinaire y trouve l’origine de son nom. Les mots employés, parfois détournés de leur sens premier, se chargent de poésie, se réinventent. Loin des clichés habituels, on part à la découverte de l’Afrique équatoriale avec humour et tendresse.

Morceaux choisis :

« Les saveurs viennent aussi de cette pierre [à écraser] et son galet, ramassés sur le rivage. J’aime passer la main dessus avant de commencer. Toucher ma terre. Sentir que l’océan qui nous sépare ne sera jamais qu’une fiction. »

« Une odeur de terre mouillée se mêle à celle des beignets ou à celle des plantains coupés en fine rondelles avant d’être plongés dans l’huile chaude. Au moment de la dégustation, accoudé sur le rebord  de la fenêtre, on se dit que c’est beau, un orage, quand on n’est pas dessous. »

« Dans les BH [beignets-haricots], il y a l’endurance joyeuse de nos peuples. La capacité à fabriquer de la vie avec ces petits riens. Le désir de savoir ce que demain apportera. La foi dans la vie. »

Ce contenu a été publié dans Livres aimés. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Soulfood équatoriale de Léonora Miano

  1. Cécile C dit :

    Merci Lydie, pour cette présentation qui met en appétit ! Ce que tu dis de ce livre me fait penser à un autre livre : Les délices de Tokyo. Il y a aussi une version film qui est sortie en salles. Il raconte avec émotion la rencontre d’une vieille femme avec un jeune homme qui vend des petites crèpes à la pâte de haricots nommées au Japon des dorayaki.

  2. Lydie L dit :

    C’est vrai Cécile, je n’y avais pas pensé.
    J’ai vu le film « Les Délices de Tokyo » sur votre conseil je crois et j’ai vraiment beaucoup aimé. En revanche, le dernier film de Naomi Kawase « Vers la lumière » est raté…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.