Randonnée en montagne.

Après six heures de marche, Pierre avançait du pas plein d’économie de l’habitué. L’altitude pesait sur ses clients qui commençaient à trainer du pied.

À main droite, un filet d’eau affleurait les rochers, celui-là même qui se transformait en torrent furieux dans la vallée puis sillonnait doucement son jardin.

Il y remplit sa gourde, octroyant une pause à ses clients.

-Yan, Julie, on repart dans dix minutes. Buvez un peu et reposez-vous.

Ils posèrent les sacs à dos essoufflés et remplirent leurs gourdes.

 

Quand Pierre se redressa, il sentit une douleur à la tête, un élancement lui traversa le crâne, figeant son corps. Ses jambes fléchirent, un voile blanc noya ses yeux, obscurcissant le paysage. Pierre tituba, il s’effondra après deux pas hésitants. Sa tête rebondit sourdement contre un rocher.

Yan et Julie accoururent. Il déchiffra difficilement les visages anxieux qui se penchaient sur lui, leurs voix paraissaient lointaines…

Pierre essaya de parler, « les mettre à l’abri, leur indiquer la direction du refuge », aucun son ne sortait. Ses paupières se fermaient malgré ses efforts. Un liquide chaud suintait de sa bouche, il reconnut le goût métallique du sang.

 

Une femme essuya sa bouche, elle psalmodiait des paroles rassurantes « ce n’est pas si grave que cela, tout ira bien ». Derrière, une voix d’homme l’injuriait. Elle lui cria de se calmer.

Toujours assise à côté de lui, la femme lui tenait une main. Qui était-elle ? Pourquoi l’autre hurlait-il ? Que faisait-il allongé ici ?

Fugaces, quelques souvenirs fuyaient son esprit, une femme, des enfants, encore des visages, ensuite rien, plus rien…

 

Encore des éclats de voix… puis des chuchotements. Fatigué, il n’écoutait déjà plus, il cessa de lutter et ses paupières se fermèrent.

 

Quand Pierre se réveilla, le sol glacé durcissait son corps, pas un son, aucune dispute. Les autres étaient partis, le laissant seul dans le noir.

 

Ce contenu a été publié dans Atelier au Long cours. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.