Feu !

Le jeune homme s’accrochait à la rampe, les yeux à demi clos. Une myriade de petites étoiles voletaient autour de lui. A ses pieds, gisait son arme encore fumante dans un enchevêtrement d’objets hétéroclites abandonnés là. Son amour s’était fait la malle. Elle l’avait quitté, laissé en rade dans ce décor de fin de fête. Il se sentait comme un vieil élastique détendu, un vieux yam fibreux et desséché. Une quittance de loyer écrite à l’encre violette lui parlait des temps anciens. Exit les souvenirs heureux. Plus de cimes enneigées, de châteaux de sable à marée basse. Adieu dimanches pluvieux sous l’édredon. La pulsion de violence sexiste qui l’avait porté là s’était éteinte en cet instant. Il demeurait comme vissé à ce parquet usé. Puis une lumière se fit. Oui, seul l’incendie de cette maison pourrait encore détruire en lui la passion ravageuse qui le consumait. Vite !

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.