La Veillée

Son regard se porta vers le ciel étoilé. La nuit était tombée de bonne heure et la veillée venait de se terminer. Assis par terre autour du feu avec les autres, il avait écouté le conte du soir avec beaucoup d’attention. Les yeux tournés vers les flammes rouges vives mais les oreilles à l’affût de cette histoire passé, rien n’aurait pu le distraire.

Pourtant, il lui avait semblé entendre crier à plusieurs reprises, un long hurlement, une complainte toujours plus basse et lointaine.

Alors que les autres étaient partis s’étendre, il avait décidé de s’aventurer dans le bois, armes à la main, pour tâcher de retrouver l’animal probablement blessé qui l’avait interpellé.

Après plusieurs centaines de mètres de marche, il était tombé sur le corps gisant d’un immense cerf, aux bois abîmés, tout juste blessé au cou. Il entendait une respiration saccadée en provenance du buisson. Aux aguets, il s’avança doucement pour découvrir un loup affalé sur l’humus, des morceaux de bois de cerf plantés dans le flanc.

Tout était encore possible. Il sortit quelques plantes de sa besace et commença à soigner l’animal qui se laissa faire bien volontiers. Le soulagement se mêlait à l’épuisement dans son regard. S’il restait aussi docile, il serait bientôt de nouveau sur pieds.

A propos Elise V

Auteur et photographe née en 1990. Vit et travaille en région parisienne. Publications dans les revues An Amzer Poésie, Bloganozart, Fantasy Art & studies et dans les recueils collectifs A-Marée et Encuentro chez Bloganozart Editions. Parution en 2015 de Jacques Cauda, in Cauda venenum aux éditions Jacques Flament, biographie du peintre et écrivain Jacques Cauda, en co-écriture.
Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.