Le But ultime

Avec l’arrivée du poste de télévision, surgirent bien des pensées, bien des événements et bien des personnages dans mon salon.

Je parle de salon mais tout a commencé dans la cuisine de mes parents dans les années 1950. Nous la regardions en famille. L’inconfort des vieilles chaises en bois ne changeait en rien l’impression que nous avions devant ce spectacle quotidien. Les yeux ébahis, la bouche grande ouverte, quelques fois, nous en oubliions d’avaler la soupe enfournée par grosse cuillère.

Dieu sait pourtant que la nourriture et moi, c’est toute une histoire et que mon activité préférée, s’il en est une, c’est bien manger ! Que dis-je ? Me sustenter ? Non, me bâfrer, m’empiffrer, me vautrer dans les victuailles, en ressortir huileuse et goulument restaurée.

Je dois avouer que c’est d’ailleurs mon but ultime dans la vie, et la télévision m’y a bien aidé, malgré le fait qu’aujourd’hui, elle trahisse mes grandes idées en m’assénant d’ennuyeuses publicités de régimes.

En mai 68, sous les pavés la plage. Moi, j’étais bien loin du bikini et me gavait de sucreries. L’année suivante, Armstrong sur la lune… J’ai fêté cela dignement avec une succession de desserts aériens.

En 1971, une rencontre au supermarché : Serge, un bon gros bonhomme bien gentil qui devint mon mari, mon alter-ego supra-nourrit. Les galettes en vedettes, le cancer de l’estomac l’emporte devant l’épisode Silence de mort de la série Buffy contre les vampires.

 

A propos Elise V

Auteur et artiste visuel née en 1990. Vit et travaille en région parisienne. Participe aux ateliers sous les toits depuis janvier 2018 pour le plaisir d'écrire et de partager un moment convivial. Publications dans les revues An Amzer Poésie, Bloganozart, Fantasy Art & studies et dans les ouvrages collectifs A-Marée (2015), Encuentro (2014), Bloganozart Editions, Les Fiches Canasucre volume I (2014) éditions Canasucre Productions. Parution en 2015 de Jacques Cauda, in Cauda venenum aux éditions Jacques Flament, biographie du peintre et écrivain Jacques Cauda, en co-écriture.
Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.