Souvenir de l’oncle

Assis dans son grand fauteuil bordeaux, il observe dehors depuis la fenêtre de la cuisine. Le dîner est terminé depuis longtemps déjà. Des œufs sur le plat, encore. Il faut dire que Madame n’est pas une grande cuisinière, mais il a mangé à sa faim, c’est tout ce qui compte. Lorsqu’il était à la gare, il ne pouvait pas en dire autant…

Les réverbères éclairent faiblement la rue. Un jeune fou passe en scooter, le moteur pétaradant. Il a dû le débrider. De toute façon, ici il n’y a que ça à faire. C’est une petite ville et les soirées ne sont pas animées. Il y a le travail de la journée et en dehors, le jardin potager de la commune et le football, puis quelques visites à la mère qui habite la rue du dessus.

Sa réussite : son fils qui a un métier et s’est bien marié, même si celle-là a un sacré caractère. Et puis les petits-enfants, c’est toujours un plaisir de les voir débarquer ces trois gaillards le week-end. La grand-mère les bichonne un peu trop. Elle pourrait bien en faire des pourris. Mais bon y a rien à faire, on ne peut rien lui dire. Le mieux c’est encore de regarder par la fenêtre. Les maisons d’en face, les voitures garées, le chat installé sur l’herbe de la résidence. Au moins là, elle lui fiche la paix. Elle sait qu’il ne faut pas lui parler.

A propos Elise V

Auteur et photographe née en 1990. Vit et travaille en région parisienne. Publications dans les revues An Amzer Poésie, Bloganozart, Fantasy Art & studies et dans les recueils collectifs A-Marée et Encuentro chez Bloganozart Editions. Parution en 2015 de Jacques Cauda, in Cauda venenum aux éditions Jacques Flament, biographie du peintre et écrivain Jacques Cauda, en co-écriture.
Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.