Ô

Eau, lumière de l’eau. La mer vue du ciel. Corps plongé dans l’eau. Vénus sur son coquillage. L’horizon comme point de mire. Richesse et calme de l’Asie. Lumière sur la pierre. Désert ocre. Nuit sur la ville. Comment marcher d’un point à l’autre sans savoir où aller ? La chaleur de l’intérieur invite également au voyage. La révolution par l’empathie. Marche vers la paix. L’intérieur de soi comme une mer infinie et sans fond. Laisser le soleil entrer en soi comme pour éclairer le désert. Quatre éléments différents. Le coeur, l’oiseau, le poisson et la feuille. Harmonie des couleurs, des matières. Voit-on la même chose si l’on regarde de loin ou de près ? L’attention du regard. Le personnage féminin dans un tableau entouré d’une auréole de satin. Allons-nous être enterrés avec notre téléphone à l’oreille ? L’époque de la communication. Mère et fille. Admiration de l’enfant pour sa mère qui regarde ailleurs. Dépendance de la petite fille. La maman aide sa fille à grandir. Créature éphémère sortant de l’eau. Forme indéfinie. Lac sombre dans les ténèbres. La forme de l’eau au milieu de la végétation dense et tropicale. Le bleu et le vert entourant des mains qui offrent. Désert d’Afrique, moiteur et chaleur. La fête du printemps approche. Les tenues se font colorées pour fêter la lumière du renouveau. Sable et rocaille. L’eau sur le corps. L’eau sous toutes ses formes. L’eau indispensable à la vie. L’eau effrayante du fond de l’océan. L’eau qui fait naître les récoltes. L’enfant qui prend forme dans l’eau. l’oh de l’étonnement. L’O des rondeurs. La forme de l’eau.

Ce contenu a été publié dans Atelier Ecriture-Collage. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.